BOPB saison 2013-2014

La saison du Top 14 a commencé ! Suivez les Biarrots match après match.

Partenaire du Biarritz Olympique Pays Basque depuis 1992.

 

 

BOPB-Bayonne 8-11



Crédit photos : photoBernard – Biarritz / Capgemini 2014


Les Biarrots perdent le derby

Un drop de Mathieu Ugalde inscrit à la dernière minute a permis à Bayonne de remporter à Biarritz 11-8 (mi-temps: 8-0) un derby basque d'une importance capitale dans la course au maintien du Top 14, dimanche en clôture de la 21e journée du Top 14. Chacun a eu sa mi-temps. Les Bayonnais ont réalisé une entame idéale, d'abord avec la botte de Brett, puis un essai de Rokocoko en force et en coin à la conclusion d'une belle action collective (0-8) face à des Biarrots crispés sur leur pelouse. En seconde période, avec du coaching, les Biarrots sont revenus à hauteur, mais ont cédé dans la dernière minute sur un drop. Après une éclaircie entrevue à Grenoble, c'était la douche froide dans le vestiaire des Biarrots.

Pour l'entraîneur des avants du BOPB Laurent Rodriguez, les Rouge et Blanc se sont inclinés la faute sans doute, malgré la générosité, à des mauvais choix dans la gestion du match, notamment dans le domaine de l'occupation. Pas question d'ailleurs pour le capitaine du jour Benoît Guyot de se dédouaner suite à la défaite dans le 105e derby basque : si les Biarrots avaient de bonnes raisons de croire à leur retour dans le match, ils ont commis trop d'erreurs. "On perd et il faut féliciter les Bayonnais. On avait des objectifs à court terme. Cette défaite fait du mal, même si on a sorti les tripes. Mais nous ne baisserons pas les bras". C'est selon le 3e ligne ce sur quoi les Rouge et Blanc vont se concentrer jusqu'à la fin de la saison. Une fin de saison qui sera longue, longue, longue...
Grenoble-BOPB 20-22


 
La victoire de la fierté pour les Biarrots
 
Après un départ assez timoré, avec un 10-0 concédé en moins de 8 minutes, on pouvait craindre le pire, mais les Basques ont pris confiance et ont fait plus que rivaliser avec les Isérois du FCG samedi dernier à Lesdiguières. Ils pouvaient y croire et le début du second acte allait leur donner raison, les Basques allant même asphyxier les hommes de Sogeti durant 10 minutes, ne marquant toutefois que trois points durant cette période. Le BOPB a progressivement pris confiance et, malgré l'absence de nombreux cadres, a tout donné, faisant honneur aux couleurs du club à l'occasion de ce "derby" du Groupe Capgemini. A tel point que les Biarrots, dominateurs en conquête, allaient passer devant par deux fois et marquer la pénalité de la gagne sur la sirène par Dan Waenga. Plus qu'un rayon de soleil pour les Biarrots à 8 jours du derby, basque cette fois, à Aguiléra.
 
"On a pris du plaisir" résumait après-match l'un des hommes du match, Yann Lesgourgues. "C'est la victoire de la fierté" commentait pour sa part Serge Blanco, persuadé que le club allait se relever en dépit du scénario de la saison. Et l'homme fort du BOPB d'ajouter : "On va démontrer que ce qui nous arrive cette saison n'est pas mérité. On a raté beaucoup de matchs, perdu dans les dernières minutes... Maintenant nous allons montrer jusqu'à la fin de la saison que le Biarritz Olympique n'est pas à sa place".
 
Capitaine samedi , le troisième ligne biarrot Benoît Guyot, qui a montré qu'il était une valeur sûre de son groupe, retient de ce succès le plaisir pris par le groupe, certainement ce qui va permettre de finir la saison de la meilleure des façons, c'est-à-dire unis, soudés et regardant devant. "On s'est dit beaucoup de choses avant ce match, qu'il nous fallait montrer de l'enthousiasme et prendre du plaisir tous ensemble. Et c'est ce que nous avons montré tout au long du match. Le premier essai grenoblois nous tape un peu derrière la tête, mais on s'est accroché tout au long et on y a cru".
Toulon-Biarritz 33-20
 
Les Basques menaient encore à la 76e minute de jeu...
 
La différence est de taille pour une équipe qui voulait prouver qu'il faudra compter sur ses valeurs jusqu'à la fin de la saison et aussi se prouver, faut-il admettre, que ces valeurs justement, ce potentiel clairement affiché, elle les possède. Samedi au stade Mayol, le champion d'Europe, malmené par les hommes du capitaine Imanol Harinordoquy, admirables de courage et de réalisme, a été mené au score jusqu'à la 76e minute avant d'arracher la victoire 33-20 au prix d'un final haletant et d'un véritable coup du sort lors de ce match des Burrda à l'occasion de la 18e journée du Top 14.



Le coup du sort
A la 76e minute, alors que les Biarrots déploraient la sortie de Thomas Synaeghel sur carton jaune, la star du RCT Jonny Wilkinson avait la pénalité de la gagne au bout du pied des quarante mètres en coin, mais le ballon s'écrasait contre le poteau. A la retombée, Julien Peyrelongue servait Dimitri Yachvili pris par Drew Mitchell, qui lui faisait lâcher le ballon. Matt Giteau surgissait et aplatissait. Jonny Wilkinson transformait pour porter la marque à 26-20. Il restait alors quatre minutes et un bonus offensif à aller chercher. Delon Armitage concluait une action grand champ en bout de ligne en aplatissant sur la craie…Toulon, même sans une partie de ses joueurs, reste une armada impressionnante et évidemment un candidat au doublé. Cela situe bien le niveau de jeu que les Biarrots, certes en proie au manque de réussite mais aussi et peut-être surtout à l'excès de doutes cette saison, sont capables de déployer.

Barcella : de belles valeurs
Aucune défaite n'est belle — et il convient d'ailleurs de féliciter les Toulonnais pour leur capacité à avoir arraché la victoire et être allé chercher le bonus offensif quasiment sur la sirène —, mais celle-ci est riche en enseignements. D'ailleurs le centre biarrot Charles Gimenez, diable d'activité à Mayol, l'avait annoncé : les Biarrots ne baisseront pas la tête. Des propos confirmés par le pilier Fabien Barcella : "Toulon c'est quand même le champîon d'Europe. On a fait preuve de solidarité, on a montré une belle image de notre club et on a peut-être livré le match le plus accompli de la saison. On a montré de belles valeurs".
 
BOPB-Sale 7-9

Les Biarrots éliminés de l'Amlin


Crédit photo : photobernard – Biarritz / Capgemini 2014



La déception est grande ce samedi soir à Aguiléra. En s’inclinant face à Sale (7-9), leader de la poule 1 en Amlin Challenge Cup, les Biarrots se voient privés de quart de finale. Pour se qualifier, les Rouge et Blanc avaient la lourde tâche de s’imposer avec le bonus offensif. Mais sur une pelouse détrempée, les joueurs n’ont pas pu dérouler leur jeu malgré de belles occasions et surtout un superbe essai signé Takudzwa Ngwenya en première période. Combatifs, les hommes du capitaine Imanol Harinordoquy ont mené au score jusqu’à l’avant-dernière minute du match avant d'encaisser une pénalité. Le BOPB quitte la scène européenne, mais avec les honneurs.

Pourtant, les hommes de Didier Faugeron, entraîneur des arrières du BOPB, étaient bien rentrés dans leur match en marquant notamment un essai signé "Zee Ngwenya" contre le vent. Mais dans des conditions climatiques cauchemardesques, les Basques, trop fébriles sur les ballons portés, n’ont pas réussi à scorer suffisamment pour l’emporter et se qualifier. "Dans de telles conditions pour marquer des essais, il faut être efficaces sur les ballons portés et nous ne l’avons pas été. Nous avons eu plusieurs occasions de finir dans l’en-but, mais au final nous ne franchissons la ligne qu’une seule fois. La déception est d’autant plus grande puisqu’en première mi-temps, tout a été fait pour avancer contre le vent et bien rentrer dans la partie. Gagner même sans bonus, sans qualification à la clef, aurait fait du bien dans les têtes" a notamment confié Didier Faugeron à l’issue du match. Le technicien basque regrette par ailleurs que son équipe n’ait pas été épargnée samedi soir. Titulaire après avoir été laissé au repos le week-end dernier, Erik Lund, malade, a dû être remplacé une heure avant le coup d’envoi. Autre coup dur, la sortie de Joshua Furno après trois minutes de jeu, sonné après un plaquage. "Leur puissance nous aurait fait beaucoup de bien sur le terrain, malheureusement nous avons dû composer avec leur absence. Nous avions les moyens de gagner ce match, il y a eu énormément d’envie et de cœur et une bonne défense"
 
Oyonnax-BOPB 28-24

Un bonus qui entretient l'espoir


Crédit photo : capgemini/2013




 
Samedi dernier, pour le compte de la 5e journée de l'Amlin Challenge Cup, le BOPB s'est incliné 28-24 à Oyonnax. Les Biarrot étaient venus chercher la victoire, mais c’est finalement avec le bonus défensif qu'ils ont quitté l'Ain. Un moindre mal.
 
Difficiles à manœuvrer sur leur pelouse de Charles-Mathon, les Rouge et Noir ont tenu tête aux hommes du duo Rodriguez-Faugeron. En encaissant quatre essais contre trois inscrits, les Basques n’ont jamais réussi à prendre l’avantage malgré une seconde période bien plus aboutie. Il s’en est d’ailleurs fallu de peu pour que le capitaine du jour Julien Peyrelongue et les siens passent devant au score. En empochant le bonus, les Biarrots sont toujours dans la course pour une qualification en quart de finale. Mais pour cela, ils devront battre la solide équipe de Sale à domicile avec le bonus offensif. C'est donc un beau challenge qui attend les Biarrots le week-end prochain (match samedi à 21 h à Aguiléra) avec en jeu un ticket pour les quarts de finale de l'Amlin Challenge Cup.
 
L'entraîneur des avants du BOPB Laurent Rodriguez a retenu de la qualité des intentions et des essais inscrits en dépit des points perdus trop rapidement en route, faute à des lacunes défensives (plaquages manqués, turn-overs, points encaissés sur les engagements...). Des erreurs malheureusement sources de fébrilité. Et c'est bien là le mal de la saison.
 
BOPB - Stade Français 6-18

L'étau se resserre pour les Biarrots



Le Stade Français s'est imposé 18-6 samedi 4 janvier à Aguiléra. Dans des conditions quasi apocalyptiques, la première mi-temps a vu les deux équipes tenter de produire du jeu. A la pause les Biarrots menaient 6-5 après avoir encaissé un essai suite à un contre sur Damien Traille, l'arrière biarrot, qui s'est blessé apparemment sérieusement à l'épaule sur cette action. Un coup du sort pour des Basques, sérieux jusqu'à présent. Comment les protégés du duo Faugeron-Rodriguez allaient réagir après la pause? Contre le vent ils ont tout donné, mais les Parisiens ont marqué tous les points du second acte, faisant "le métier" en quelque sorte.
 
La mine déconfite, les Biarrots, maculés de boue, sont rentrés dans leur vestiaire, laissant transpirer quelques larmes d'épuisement. Ce match, quasiment celui de la dernière chance, est perdu. Pour autant, on ne peut rien reprocher aux joueurs, qui ont tout donné dans le bourbier d'Aguiléra. Ils ne chercheront pas d'excuses et continueront à tout donner malgré une immense frustration. 
 
Malgré la très forte désillusion, le 3e ligne biarrot Raphaël Lakafia refuse l'idée de baisser les bras. Dans le vestiaire biarrot, qui ne veut pour rien au monde abdiquer, le silence a régné après match, les mots auraient été inutiles tant les joueurs ont tout donné dans des conditions de jeu qui sont indignes d'un match professionnel (c'est un autre débat, mais c'est une réalité). "C'est frustrant, on lâche tout, mais ça n'a pas suffi. Ce club nous a tout apporté, on n'a pas le droit de le laisser tomber" explique l'international biarrot. "On va se battre jusqu'au bout" ajoutait pour sa part l'entraîneur des avants du BOPB Laurent Rodriguez.

Crédit photo : photoBernard-Biarritz / Capgemini 2014

 
Montpellier-BOPB 48-22



Il faut oublier l'année 2013...

Pour leur dernier match de l'année 2013, les joueurs du BOPB se sont inclinés 48-22 dimanche 29 décembre à Montpellier, ne ramenant aucun point de leur déplacement dans l'Hérault. La faute sans doute à une entame à oublier avec 20 points de retard dès le milieu du premier acte. Défaillants en touche, sanctionnés en mêlée et évoluant à 13 contre 15, les Basques ont plié avant de se retrouver dans le jeu, créant des brèches, jouant à la montpelliéraine en quelque sorte. Seulement le mal était fait et la puissance des locaux a fait le reste (Tulou, Gorgordze ont signé des doublés). Il restera que les Basques ont aussi joué crânement leur chance et n'ont jamais abdiqué dans l'adversité. En témoignent leurs trois essais, la moitié de la moisson du MHR. Le BOPB est encore trop juste mais connaît la voie à suivre. Didier Faugeron, l'entraîneur des arrières du BOPB, estime qu'il existe pour son équipe pas mal de points positifs quand on sait que l'entame a coûté très cher. "On a été capables de revenir, de ne pas se désunir même à 20-0. On a fait preuve d'un gros mental. Par contre, on a joué quand même à treize. On a encore été énormément sanctionnés... Ce que je regrette, c'est que pendant les vingt-cinq premières minutes, on n'a pas eu un ballon, que ce soit en touche ou en mêlée. Dès qu'on les a eus, on a été capables d'avoir du volume avec un niveau de jeu aussi bon que Montpellier."

crédit photo : Capgemini 2013
Clermont-BOPB 35-6
La barre était trop haute



 
A Clermont-Ferrand samedi dernier, l'ASM a nettement dominé Biarritz, toujours lanterne rouge du classement, sur le score de 35 à 6 lors de la 14e journée du Top 14 de rugby. A la pause, le BOPB était mené 6-3, pensant que tout était possible pour ce premier match de la phase retour. On se demandait même comment les Biarrots, avec une défense bien en place, agressive, se retrouvaient à une telle place au classement. Seuls trois lancers en touche malheureux étaient venus noircir le tableau (ces ballons rendus…). Les Biarrots pouvaient véritablement y croire, mais comme ils le redoutaient, le cap de la 50e minute allait être crucial avec 4 essais inscrits en un quart d'heure par les vice-champions d'Europe. 
 
L'entraîneur des avants du BOPB Laurent Rodriguez, fataliste, expliquait après-match qu'il n'avait rien à reprocher à ses joueurs, qui ont tout donné, mais dont beaucoup, comme Erik Lund et Takudzwa Ngwenya, montrent des signes de fatigue à force de jouer. Et le coach basque de faire le dos rond, même s'il est évident qu'un succès à Clermont n'était pas dans le plan de route du BOPB. Restera que les Biarrots ont résisté plus longtemps que bien d'autres équipes à Marcel-Michelin et que l'état d'esprit du groupe a été irréprochable.
 
Clermont est une machine à marquer bien huilée. Mais autant le score est sans appel, autant le match n'est pas sans enseignement donc pour les protégés du duo Faugeron-Rodriguez : les ballons rendus ont fait très mal face à une dynamique clermontoise impressionnante, la bataille de la confiance n'est pas encore gagnée et tenir sur la durée devant un adversaire à l'effectif (nettement) plus dense sera un défi jusqu'à la fin de la saison pour les Basques. 

Pour en savoir plus : http://www.bo-pb.com/

©photoBernard-Biarritz / Capgemini 2013
 
23 Novembre 2013 : CA Brive 9 - BOPB 14

  

La victoire du courage


Implacables, les Biarrots l’ont été pendant 80 minutes samedi dernier à Brive, où ils se sont imposés 14-9. Malgré un effectif réduit par les blessures, les hommes du duo Rodriguez-Faugeron n’ont jamais flanché face à des Corréziens pourtant réputés pour leurs excellentes prestations à domicile. La défense travaillée sans relâche à l’entraînement et l’état d’esprit conquérant des Rouge et Blanc ont fait la différence. Opportuniste, Damien Traille titularisé à l’arrière, bien servi par son ouvreur Dan Waenga, a réussi à inscrire le seul essai de la rencontre entre les poteaux. A force de réalisme et de patience, les Basques (2e succès d'affilée) ont mis la main sur ce match pour ne plus rien lâcher jusqu’au coup de sifflet final. Alors que ce déplacement corrézien s’annonçait périlleux, le BOPB revient donc avec quatre précieux points et un bol de confiance supplémentaire.
 
Imanol l'homme clé

Dans un match âpre où les deux équipes ont à peine eu le temps de respirer, les hommes du capitaine Imanol Harinordoquy n’ont donc rien lâché. Le troisième ligne du Biarritz Olympique Pays Basque avait déclaré en fin de semaine vouloir voir les siens "sortir un peu abîmés du terrain" après s’être battus. Contrat rempli. "La victoire fait d’autant plus plaisir que nous sommes partis à Brive avec une équipe remaniée à cause des blessures. Nous avons montré le même état d’esprit que face au Racing et cela nous a souri. Nous voulions sortir la tête haute du terrain et aller grappiller des points mais nous savions que le combat allait être difficile. Nous avions en tête de tout donner et si possible de ramener un bonus, finalement nous avons fait bien plus que ça puisque nous ramenons les quatre points. Le message on se l’envoie à nous-mêmes. On se montre que l’on peut compter les uns sur les autres et qu’avec un état d’esprit comme celui-là on peut espérer d’autres victoires".

Pour en savoir plus : http://www.bo-pb.com/
2 Novembre 2013 : BOPB 9 -Racing 6

     


Les Biarrots retrouvent le chemin du succès

 
Ce fut une libération pour les joueurs du Biarritz Olympique Pays Basque. Au terme d'un match serré, où ils se sont battus sans relâche 80 minutes durant, les Biarrots ont empoché les quatre points de la victoire le 2 novembre 2013 à Aguiléra contre le Racing (9-6). Portés par leurs cadres, qui ont ouvert la voie et fait parler toute leur expérience, les Rouge et Blanc sont venus à bout des Franciliens au terme d'un final à suspense. "Il faudra s'appuyer sur ce match pour construire la suite" a déclaré Dimitri Yachvili, titularisé à l'ouverture pour cette rencontre. Dans des conditions climatiques difficile (vent et pluie forte), les Biarrots ont donc mis fin à une longue série de désillusions sur fond d'une grosse solidarité comme le souligne le talonneur Jean-Philippe Genevois : "On voulait sortir la tête haute, c'est chose faite. On a gagné notre défi. On peut repartir de l'avant. On a su mettre les ingrédients nécessaires, répondre présent dans le jeu rapproché, notamment sur les ballons portés. On voulait le résultat et on a su aller le chercher. Ce succès nous place bien dans notre challenge à nous, c'est ce que nous devrons faire à domicile et bien sûr essayer de produire à l'extérieur. Mais ce que je retiens aussi, c'est que le groupe a été solidaire, a porté le même maillot avec un public qui a répondu présent malgré les conditions."

Pour en savoir plus : http://www.bo-pb.com/

Crédit photo : photoBernard – Biarritz / Capgemini 2013
26 Octobre 2013 : Castres 39- BOPB 0



Le duel des Olympiques a tourné court
 
Les Biarrots ont connu une entame cauchemardesque samedi au stade Pierre-Antoine de Castres pour le compte de la 10e journée du Top 14. Car c'est bien en raison d'un départ raté que les Basques doivent d'avoir été vite dépassés, incapables d'empêcher les champions de France de jouer en avançant, ratant trop de plaquages pour espérer rester à hauteur au score. Les intentions étaient là, mais elles furent malmenées par le scénario, le carton jaune du capitaine Damien Traille ajoutant à la sanction du score. Que fallait-il faire après la pause ? Montrer à tous la capacité de réaction et la fierté du groupe dans une adversité — on peut aujourd'hui le dire — rarement vue dans l'histoire du club. Ce fut fait dans les intentions et dans le jeu, mais les 10 premières minutes de la seconde période allaient rester désespérément stériles. Et ce sont au contraire les Castrais qui devaient ensuite étouffer des Basques et mettre les visiteurs la tête au fond du seau.
 
Certes les Biarrots ne pensaient pas vraiment à la victoire, mais ils voulaient faire bonne figure, et d'une certaine façon, lancer une nouvelle saison. Il leur restera à évacuer cette nouvelle déception, à l'image des nombreuses pénaltouches stériles et des plaquages ratés. Le temps du rebond est reporté pour des Biarrots. "Nous sommes très abattus, nous avions renoué avec le succès en Amlin Challenge Cup et nous étions venus à Castres avec des intentions. Malheureusement nous sommes passés à côté dans tous les secteurs de jeu que ce soit en touche, en mêlée ou en défense. Durant tout le match nous avons perdu trop de ballons notamment près de la ligne, nous avons laissé filer des points" a commenté Damien Traille, le capitaine biarrot. "Il y a eu deux divisions d’écart entre les deux équipes, lâchait pour sa part le troisième ligne Imanol Harinordoquy, de retour à la compétition. Même en tant que sparring-partner, c’est trop gratifiant pour nous, tellement on a été ridicules" a déploré le troisième ligne emblématique du BOPB.

Pour en savoir plus : http://www.bo-pb.com/
4 Octobre 2013 : Biarritz-Perpignan 12-16

  
 
Entre désillusion et envie de se battre
 
Coup de massue pour les Biarrots qui se sont inclinés vendredi 16 à 12 face à l’USAP à Aguiléra. Malgré l’envie et les ambitions que les Rouge et Blanc plaçaient dans ce match, les hommes de Laurent Rodriguez et Didier Faugeron n‘ont pas trouvé la solution. Plusieurs fois proches de l'en-but, ils n’ont jamais passé la ligne. Les Catalans plus réalistes ont eux inscrit l’essai qui a fait la différence dans cette partie. La déception est immense malgré le point de bonus défensif alors que le BOPB reste dernier du classement. Laurent Rodriguez a pris la parole pour revenir sur cette nouvelle défaite du BOPB. Abattu mais certainement pas prêt à rendre les armes, le directeur sportif basque a promis que le travail reprendrait dès dimanche pour des Biarrots qui livreront bataille jusqu’au bout.  "Nous nous sommes installés dans une période un peu morose où l’on se cherche et où il nous aurait fallu une victoire pour repartir, or malheureusement elle n’est pas là. Cela nous installe un peu plus encore dans le doute. Doute qu’il faudra laisser le plus vite possible de côté. Nous allons revoir de nouveau la vidéo et faire en sorte que les joueurs se libèrent parce qu’ils ont peur de mal faire et n’arrivent pas à jouer libérés. Il n’y a pas 36 solutions, il faut continuer à travailler et se replonger dans le match pour analyser nos erreurs individuelles et collectives" a confié Laurent Rodriguez. "C’est dans notre nature sportive de s’accrocher jusqu’au bout et de ne rien lâcher et c’est ce que nous allons faire avec nos moyens" a ajouté l'entraîneur, qui sait que le salut du groupe passera par la persévérance.

Pour en savoir plus : http://www.bo-pb.com/

Crédit photo : photoBernard-Biarritz / Capgemini 2013
28 Septembre 2013 : Bayonne 27 - BOPB 19

  


Un derby à oublier, un état d'esprit à conserver
 
Samedi soir au stade Jean-Dauger, les Biarrots ont vécu l’un des derbys les plus frustrants de leur histoire. Malgré leur courage et leur solidarité, les Rouge et Blanc, pénalisés par un sévère carton rouge après seulement deux minutes de jeu, se sont inclinés 27-19 au bout du combat. Fier des joueurs, qui ont raté 4 fois la cible par Joe Pietersen, le troisième ligne emblématique du BOPB Imanol Harinordoquy, de retour d’une longue blessure et entré en deuxième période, a tenu à souligner l’envie, la force et la détermination dont les siens ont fait preuve. Toujours derniers du classement après 8 journées de championnat, le BOPB semble avoir cependant retrouvé des couleurs.
 
"On ne nous fera pas de cadeaux, on ne pourra compter que sur nous-mêmes. Même si nous avons réalisé une belle performance à 14 contre 15, on repart avec 0 point et ça c’est dur de l’expliquer aux mecs qui se sont battus sur le terrain, surtout quand on sait à quel point la situation était compromise après le carton rouge. Notre salut quoi qu’il arrive passera par le genre de match que nous avons pu réalisé" a commenté Imanol Harinordoquy. "C’est dur parce que nous avons montré un beau visage et nous avons essayé de produire du jeu. Bien évidemment tout n’était pas parfait, mais nous ne nous sommes pas ennuyés sur le terrain, nous avons pris énormément de plaisir et il faut que l’on continue sur cette voie" a expliqué l'international, visiblement soulagé de pouvoir enfin être de retour. "Nous nous sommes battus contre nous-même et avec ce rouge au bout de deux minutes, je me demande si cela ne nous a pas incité à jouer et entreprendre. Il ne fallait pas en prendre 30 pour éviter la honte, nous nous sommes accrochés et nous avons fait douter les Bayonnais". Restera donc une réaction qui est un vrai motif d'espoir et d'encouragement à se battre pour Serge Blanco, l'emblématique président du BOPB, qui a annoncé dimanche qu'il restait solidaire de ses troupes.

Pour en savoir plus : http://www.bo-pb.com/
21 Septembre 2013 : BOPB 21 - FCG 27

 


Des Biarrots en proie au doute
 
Le FC Grenoble, indiscipliné mais ultra réaliste avec un bonus offensif à la clé, a réalisé le coup parfait en plongeant un peu plus le BOPB dans le doute, vaincu sur sa pelouse d'Aguilera 27-21 samedi lors de la 7e journée du Top 14. Déjà dernier, le BOPB a une nouvelle fois été battu sur son terrain, incapable de sortir de sa torpeur, plombé par l'enjeu. Les Isérois, qui se sont montrés accrocheurs, ont été très souvent fautifs (3 cartons jaunes) et lourdement pénalisés (7 pénalités de Dimitri Yachvili), mais ont su, au courage et à l'audace, forcer le destin en inscrivant trois essais. Au grand dam du capitaine biarrot Damien Traille, très abattu après le match : "Ca n'a pas marché, sauf 10 minutes en début de la seconde mi-temps. Si j'avais la recette, je le donnerais... On se met à réagir quand on est mené au score... On est retombé dans nos travers. On est dans le dur, le très dur, on va bosser, le championnat est encore long. On a pas beaucoup de points… Tant qu'il y a de l'espoir, il faut continuer à travailler."  Pour l'entraîneur biarrot Didier Faugeron, ce revers laisse un goût amer, d'autant que les raisons de la contre-performance basque sont clairement identifiées selon lui : "On a refait notre retard en 9 m 40. J'aimerais que ces 9 m 40 soient les 40 premières minutes. Même quand on a eu à défendre la ligne sur le dernier essai, on laisse une porte ouverte… Il a y un minimum à amener et ne pas le laisser au vestiaire quand on entre sur le terrain. On a besoin de faire preuve d'une grosse détermination et d'une grosse volonté collective, c'est par ces valeurs-là que passera notre salut".

Pour en savoir plus : http://www.bo-pb.com/

Crédit photo : René Tanguy – Capgemini 2013
14 Septembre 2013 : Stade Toulousain 31 - BOPB 7

  

La vague jeune n'a pas suffi
 
Ils n’ont rien pu faire. A l’issue d’un match à sens unique, malgré un second acte plus intéressant et l'investissement des jeunes, les Biarrots se sont inclinés 31 à 7 face au Stade Toulousain samedi au stade Ernest-Wallon (6e journée du Top 14). Les Rouge et Blanc ne sont jamais vraiment rentrés dans ce match, malmenés par des stadistes survoltés et réalistes qui ont imposé leur loi à domicile. L’essai d’Aled Brew, rentré en deuxième mi-temps, n’aura pas changé la donne. Il est donc écrit que le BOPB a connu et connaîtra des jours meilleurs. Si la victoire de Toulouse ne souffre d'aucune contestation, Didier Faugeron, l'entraîneur biarrot, pouvait se montrer satisfait de l'attitude de ses joueurs, des jeunes notamment. Regardant le calendrier, le coach basque estime même que la roue va tourner : "Nous sommes venus avec des joueurs de l'équipe espoir qui évoluent en 2e division et il existe forcément une différence de niveau, de vitesse et d'engagement physique avec Toulouse. Il a fallu gérer cela, l'encaisser et j'ai tenu à mon équipe un discours rassurant. J'ai félicité mes joueurs pour leur engagement". Même son de cloche du côté de Julien Peyrelongue, l’ouvreur emblématique du BOPB, capitaine pour la première fois. Pour "Peskit", ce qu’il faudra retenir du déplacement dans la Ville Rose, c’est le courage, l’engagement et l’envie que ceux qu’il surnomme affectueusement les "gamins", des jeunes qui dans l'adversité ont montré de belles valeurs sur le terrain.

Pour en savoir plus : http://www.bo-pb.com/

Crédit photo : René Tanguy – Capgemini 2013

8 Septembre 2013 : BOPB 13 - Toulon 24

 

Des Biarrots déçus mais pas abattus
 
Il s’en est fallu de peu. Ce dimanche soir, après avoir livré une belle bataille, les Biarrots ont finalement rendu les armes, s’inclinant à Aguiléra 24 à 13 devant un RCT réaliste. En encaissant un essai et une pénalité dans les dix dernières minutes de jeu, les Rouge et Blanc, qui n’étaient alors menés que d’un tout petit point, ont laissé filer tout espoir de victoire et même le bonus défensif.
 
Pourtant le talonneur du BOPB Jean-Philippe Genevois et ses coéquipiers auraient mérité de rentrer chez eux au moins avec un point de bonus défensif. Solidaires, patients et déterminés, les Rouge et Blanc ont fait jeu égal avec le champion d’Europe un bon moment avant de craquer dans les 10 dernières minutes de la rencontre. Malgré leur engagement et leur capacité de réaction, les Biarrots ne sont pas récompensés, la déception est grande.
 
"C’était très intense. La fin d’une série de trois matchs condensés sur dix jours. Nous nous étions promis de tout donner, de vider les réservoirs et en dépit de la défaite, on sort la tête haute. Dans ce début de saison et malgré la place que l’on occupe au classement, nous avons construit quelque chose et nous allons nous relever de cette période difficile. Nous allons tirer des enseignements et surtout bâtir pour la suite du championnat. Nous allons nous appuyer sur ce match où nous avons montré de belles choses et continuer à travailler, à être solidaires et faire des prestations comme celle d’aujourd’hui. Cela nous servira pour plus tard" a confié Jean-Philippe Genevois, déçu mais pas abattu.

Pour en savoir plus : http://www.bo-pb.com/

photoBernard/Biarritz – Capgemini 2013
4 Septembre 2013 : Oyonnax 24 - BOPB 22

Chassez ces entames...


La déception est grande tant les Biarrots sont passés près mercredi à Oyonnax (défaite rageante 24-22 pour les Rouge et Blanc qui empochent néanmoins un précieux point de bonus défensif). Après avoir été largement menés en première période, les hommes de Laurent Rodriguez et Didier Faugeron sont revenus doucement mais sûrement dans le match. Malheureusement les Basques ont sonné la révolte trop tard et ni le pied de Dimitri Yachvili ni l’essai de "Taku" Ngwenya n’auront pu ramener le BOPB à hauteur. "Je ne suis pas dans la tête de mes coéquipiers, mais ce que je peux dire, c’est que c’est une faillite collective en première période et une réussite collective en deuxième période. Quand on est mené aussi largement à la mi-temps, il est difficile de revenir en seconde période même contre une équipe promue. Félicitations à Oyonnax et à nous de bien bosser maintenant" a regretté le 3/4 centre Benoît Baby. Pour sa part, Erik Lund a été un élément clé du dispositif biarrot. Pour le 2e ligne norvégien, le BOPB doit montrer encore plus d'agressivité et notamment dans les entames de match : "Oyonnax est une équipe en confiance qui a également réussi à surprendre Clermont. Mais le problème n'est pas là. Le problème, c'est nous. Nous sommes rentrés trop tard dans ce match et nous n’avons jamais pu revenir à hauteur. Il nous faut attaquer les rencontres avec beaucoup plus d'agressivité, nous montrer tout de suite percutants sur les plaquages. C'est cela qui a fait la différence et nous a fait perdre le match. A nous de bosser maintenant encore plus dur à l’entraînement pour relever la tête et surtout proposer de meilleures entames de match. On a évidemment en tête le match de dimanche contre Toulon et moi je pense qu'on a les armes. Maintenant, les moyens, à nous de nous les donner".

Pour en savoir plus : http://www.bo-pb.com/
30 Août 2013 : Stade Français 38 - BOPB 3
 
 

Un déplacement à vite oublier

 
Jamais vraiment rentrés dans la partie, les Biarrots se sont lourdement inclinés (38-3) vendredi soir dans un stade Jean-Bouin flambant neuf face à un Stade Français dominateur et inspiré (3e journée du Top 14). Pour avoir raté le combat de l'engagement, les Basques n'ont à aucun moment pu avoir les clés du match. Sauf peut-être après le turnover de la pause. Mais les 10 bonnes minutes visiteuses seront stériles alors que seuls 13 points séparaient les deux formations. Viendra une série noire de 3 cartons jaunes qui allait désorganiser un collectif déjà balbutiant. Les Parisiens pouvaient fêter fièrement leur nouveau stade. 
 
"Si on ne respecte pas les valeurs du rugby, rien de positif ne peut nous arriver" a lâché le capitaine biarrot Damien Traille au coup de sifflet final. D'autant plus quand les statistiques ne vous accordent que 30 % de possession de balle. Trop juste. Alors pour les Basques, c'était bel et bien la moue et l'annonce, comme pour les années précédentes, d'un marathon de 3 matchs en 10 jours qui s'annonce compliqué avec un déplacement à Oyonnax (4 septembre) et la réception de Toulon (8 septembre).

Pour en savoir plus : http://www.bo-pb.com/

©photoCapgemini 2013
24 Août 2013 : BOPB 19 - Montpellier 12

 

La saison des Basques est lancée
 
Le BOPB a décroché samedi à domicile face à Montpellier, pourtant globalement dominateur, sa première victoire de la saison 19-12 (mi-temps: 3-6) lors la deuxième journée du Top 14. Après qu'en première période les visiteurs aient gâché de nombreuses actions, les Basques réagissaient dès le début de la seconde période. L'ouvreur Dan Waenga se faisait contrer dans son camp, mais faisait parler sa technique pour récupérer et percer la ligne. Il décalait Teddy Thomas, qui accélérait ; le petit coup de pied de l'ailier partait dans l'en but et Charles Gimenez était plus rapide que Jonathan Pelissié pour aplatir. Le BOPB passait devant pour la première fois de la partie (10-6, 43e) et aller garder le leadership jusqu'au bout, en terme d'un final haletant. Après ce succès, les Biarrots du capitaine Damien Traille, certes conscients des progrès qu'il leur reste à accomplir, savouraient la récompense d'une semaine de travail et d'un esprit de corps qui a porté l'équipe. "Nous prenons cette victoire avec beaucoup d'humilité, elle fait du bien à la tête. Montpellier sera présent cette saison et s'imposera souvent à l'extérieur. Notre semaine d'entraînement, un peu à l'ancienne, a été bénéfique. La priorité c'était la victoire, le jeu viendra après. Nous savons qu'il nous reste du travail à accomplir".

Pour en savoir plus : http://www.bo-pb.com/

©photoBernard-Biarritz / Capgemini 2013

17 Août 2013 : BOPB 18 - ASM Clermont-Auvergne 22

  

Les Biarrots veulent chasser les approximations
 
Pour son premier match du Top 14, le BOPB s'est incliné 22-18 samedi 17 août à Aguiléra devant l'ASM Clermont-Auvergne, vice-championne d'Europe. Une déception pour des Basques plein d'envie, qui ont montré une belle attitude et dont le potentiel allait au-delà du bonus défensif en dépit d'une entame trop timide et d'une conquête défaillante dans le premier acte. Les hommes du capitaine Damien Traille, en passant à côté de leur première période, n’ont jamais pu revenir à hauteur des Jaunards, malgré des éclairs de génie à l’image de l’essai en contre du demi d’ouverture Dimitri Yachvili ou du un contre un de Thomas face à la légende Sivivatu. "Nous nous sommes battus jusqu’au bout, mais nous avons pris trop de retard en première période. Face à de telles équipes, ça ne pardonne pas. Nous avons manqué de discipline et nous n’avons pas été assez bons en conquête. Clermont mérite sa victoire. Ils ont été meilleurs que nous, même si nous avons montré de belles choses en restant solidaires pour aller chercher le point de bonus défensif" a confié le demi d’ouverture emblématique du BOPB. "Face à une équipe comme Clermont, il faut tenter un maximum de choses sinon on se retrouve en difficulté. L’indiscipline nous a empêché de scorer. Notre salut passera par un jeu efficace" a conclu le "Yach", le regard déjà tourné vers le match de samedi face à Montpellier. Et Damien Traille de dresser un constat similaire : "nous devons chasser nos approximations". La semaine sera studieuse et les ralentis vidéos vont tourner en boucle du côté d'Aguiléra...

Pour en savoir plus : http://www.bo-pb.com/

©photoBernard-Biarritz / Capgemini 2013