Résultats du 1er semestre 2013

| Financial news
Capgemini : résultat net au premier semestre 2013 en hausse de 31%
Paris, le 25 juillet 2013 – Le groupe Capgemini a réalisé au 1er semestre 2013 un chiffre d’affaires consolidé de 5.033 millions d’euros, en baisse de 2,3% à taux de change et périmètre courants par rapport au même semestre de l’année 2012 et de 1,1% à taux de change et périmètre constants. Mais, au deuxième trimestre l’activité est en léger recul de 0,4%, à comparer à une baisse de 1,7% au premier trimestre. Hors contrat Aspire (services publics du Royaume-Uni), l’activité enregistre une hausse de 0,9% au deuxième trimestre. Le taux de marge opérationnelle s’établit à 7,3% pour le premier semestre 2013, en hausse de 0,5 point par rapport au premier semestre 2012. Le résultat net part du groupe progresse de 31% et atteint 176 millions d’euros, contre 134 millions d’euros au premier semestre 2012.

 (en millions d’euros) 1er semestre 2012
Norme IAS19R*
1er semestre 2013 Variation
Chiffre d’affaires 5.150 5.033 -2,3%
Marge opérationnelle(1)
en % du chiffre d’affaires
350
6,8%
367
7,3%
 +0,5pt
Résultat d’exploitation(2) 240 302  
Résultat net part du Groupe
en % du chiffre d’affaires
134
2,6%
176
3,5%
+31%
Trésorerie nette en fin de semestre +27 +272  
Free cash flow organique -309 -313  
* Les chiffres 2012 ont été ajustés des retraitements suite à l’application de la Norme IAS 19 revisée (voir tableau en annexe)

La variation du chiffre d’affaires à taux de change et périmètre constants s’analyse comme suit :
  • par métier, l’ensemble des activités de conseil, de services informatiques de proximité et d’intégration de systèmes voient leur chiffre d’affaires reculer de 1,5%. L’intégration de systèmes connait une légère hausse de 0,3%, tandis que les activités de conseil et de services informatiques de proximité (Sogeti), plus sensibles à la conjoncture économique, sont en décroissance (respectivement de 9,0% et 3,9%). L’activité d’infogérance est quasi stable (-0,3%).
  • par région, les pays émergents d’Asie Pacifique et d’Amérique Latine enregistrent une  forte croissance (+10,5%). La région Royaume-Uni et Irlande affiche une baisse de 2,2%. L’Amérique du Nord, avec une croissance de 0,5%, amorce une reprise de son activité qui devrait se poursuivre au second semestre. L’activité en France se contracte de 2,2% au premier semestre, mais la tendance est devenue positive au deuxième trimestre avec une progression de 0,7% du chiffre d’affaires. La région Benelux enregistre une réduction de chiffre d’affaires de 6,2% au premier semestre, mais le recul est limité à 3,7% au deuxième trimestre, ce qui conforte l’objectif de stabilisation de l’activité au second semestre. Le reste de l’Europe (-1,7%), est également en voie de stabilisation.

Les prises de commandes enregistrées au 1er semestre 2013 s’élèvent à 4.824 millions d’euros. Le ratio prises de commandes sur chiffre d’affaires pour les métiers du conseil, des services informatiques de proximité et d’intégration de systèmes ressort à 1,06.
 
La marge opérationnelle du groupe s’établit au premier semestre 2013 à 367 millions d’euros, soit 7,3% du chiffre d’affaires, en hausse de 0,5 point par rapport au premier semestre 2012.
 
Le Groupe présente pour la première fois au premier semestre 2013 une répartition de ses marges opérationnelles par région qui intègre l’ensemble de la valeur ajoutée des prestations rendues à ses clients. Ceci met en évidence l’aspect relutif de l’offshore sur la profitabilité; la marge opérationnelle de la région Amérique du Nord, qui intègre désormais l’ensemble des profits réalisés avec les clients de ce marché s’élève à 12,3%.
 
Le résultat net semestriel part du groupe atteint 176 millions d’euros contre 134 millions d’euros au premier semestre 2012, soit une hausse de 31%.
 
Le free cash flow organique ressort à -313 millions d’euros au premier semestre 2013, en dépit des rentrées de cash déjà anticipées à la fin 2012, et se compare à -309 millions d’euros au premier semestre 2012. La trésorerie nette s’établit au 30 juin 2013 à 272 millions d’euros.
 
L’effectif total du groupe s’élève à 127.968 collaborateurs au 30 juin 2013. Les effectifs offshore atteignent 54.280 personnes en progression de 18% par rapport au 30 juin 2012 (dont 44.195 en Inde), soit 42% de l’effectif total. La part des effectifs offshore est en hausse de plus de 4 points (au 30 juin 2013 par rapport au 30 juin 2012).

Capgemini confirme sa prévision de progression de la marge opérationnelle en 2013

Capgemini annonce avoir versé une contribution exceptionnelle de 235 millions d’euros aux fonds de pension du Groupe. Outre la réduction du niveau de la provision pour retraites au bilan, ce versement améliorera le « free cash flow organique » du Groupe de l’ordre de 30 millions d’euros par an à partir de 2014 et réduira ses frais financiers.
 
Par ailleurs, réuni le 24 juillet 2013, le Conseil d’Administration a adopté deux mesures destinées à améliorer la gestion du bilan :
  • Le Groupe s’efforcera de neutraliser la dilution future liée aux différents instruments donnant accès au capital destinés aux salariés.
  • Il affectera 400 millions d’euros à la neutralisation d’une partie de la dilution éventuelle liée à l’obligation convertible OCEANE 2009 dans les 18 prochains mois.

La performance réalisée au premier semestre conforte les objectifs annuels du Groupe:
  • l’objectif d’une croissance organique du chiffre d’affaires similaire à celle de 2012 est maintenu,
  • le Groupe confirme sa prévision de progression de la marge opérationnelle d’au moins 30 points de base pour l’année 2013, soit 8,4% à comparer au 8,1% de l’exercice 2012 (après retraitement des comptes en application de la norme IAS19 révisée),
  • l’objectif de génération de « free cash flow organique » cumulé sur 2012-2013 s’établit désormais à 800 millions d’euros hors contribution exceptionnelle aux fonds de pension, soit le haut de la fourchette annoncée précédemment.

« Dans une conjoncture économique tendue, le Groupe Capgemini a tenu ses engagements et réalise une amélioration de son résultat net qui permet d’aborder le second semestre avec confiance », a déclaré Paul Hermelin, Président Directeur Général du Groupe Capgemini.

o0o

Annexes

Evolution de l’activité par région (après allocation des marges des centres de production offshore aux régions en charge des contrats)

 
 
% du CA
S1 2013
Variation par rapport au S1 2012 Taux de Marge Opérationnelle*
A taux et périmètre courants A taux et périmètre constants S1 2012** S1 2013
Amérique du Nord 20,5% -0,9% 0,5% 11,0% 12,3%
France 21,7% -2,2% -2,2% 6,9% 7,2%
Royaume-Uni et Irlande 20,1% -5,5% -2,2% 7,5% 8,1%
Benelux 10,7% -6,2% -6,2% 5,2% 8,2%
Reste de L’Europe 18,7% -0,8% -1,7% 6,9% 6,2%
Asie Pacifique et Amérique Latine 8,3%  5,0%  10,5% 3,0% 2,6%
TOTAL 100,0% -2,3% -1,1% 6,8% 7,3%













*Avant amortissement des actifs intangibles acquis lors d’acquisitions et après allocation des marges statutaires des centres de production offshore aux régions en charge des contrats
** Les chiffres 2012 ont été ajustés des retraitements suite à l’application de la Norme IAS 19 révisée


Analyse de l’impact de la réallocation des marges des centres de productions offshore aux régions en charge des contrats sur le taux de marge opérationnelle

  FY 2012*
Avant réallocation Après réallocation
Amérique du Nord 9,3% 11,8%
France 8,3% 8,8%
Royaume-Uni et Irlande 7,6% 8,6%
Benelux 7,5% 7,9%
Reste de L’Europe 7,2% 7,2%
Asie Pacifique et Amérique Latine 15,3% 5,2%
*Les chiffres 2012 ont été ajustés des retraitements suite à l’application de la Norme IAS 19 révisée

NB : Auparavant, une partie des marges réalisées par les centres de production offshore du Groupe étaient reconnues sur ces régions et non intégrées aux résultats du pays en charge du contrat. Le tableau montre l’évolution de la répartition des marges opérationnelles sur la base des comptes annuels 2012. Le niveau de la marge Groupe n’est bien sûr pas affecté par ce changement de présentation. En revanche, cette évolution donne plus de transparence sur les gains de profitabilité liés au développement de l’offshore chez Capgemini région par région.


Rappel du premier semestre 2012 tel que publié et ajusté suite à l’application de la norme IAS19 révisée
(en millions d’euros) 1er semestre 2012
publié
1er semestre 2012
Norme IAS19 R
Chiffre d’affaires 5.150 5.150
Marge opérationnelle
en % du chiffre d’affaires
347
6,7%
 
350
6,8%
Résultat d’exploitation 237 240
Résultat net part du Groupe
en % du chiffre d’affaires
143
2,8%
134
2,6%

Evolution de l’activité par métier

  % du CA
S1 2013
Variation(1) par rapport au S1 2012 Taux de Marge Opérationnelle
S1 2012*** S1 2013
Conseil 4,7% -9,0% 10,8% 7,7%
Services informatiques de Proximité 15,0% -3,9% 9,6% 9,1%
Intégration de systèmes 40,8% 0,3% 7,0% 7,2%
Infogérance 39,5% -0,3% 6,4% 8,3%
(1)A taux de change et périmètre constants
* Les chiffres 2012 ont été ajustés des retraitements suite à l’application de la Norme IAS 19 revisée

Evénements marquants du premier semestre 2013

  • Migration du système d’information pour l’assureur britannique Direct Line Group, pour un montant de 120 millions d’euros environ,
  • Renforcement de l’alliance entre Capgemini et EMC pour proposer des solutions en mode cloud au Brésil,
  • Contrat de services applicatifs avec la Poste norvégienne, pour un montant de 34 millions d’euros,
  • Contrat de BPO avec le groupe industriel Sandvik pour la gestion des services financiers et comptables, pour plusieurs millions d’euros,
  • Contrat avec E.On, principal producteur et fournisseur d’énergie européen, pour la gestion de ses compteurs intelligents en Suède, pour plusieurs dizaines de millions d’euros,
  • Partenariat stratégique avec Microsoft dans le domaine du « Cloud Computing » baptisé « Skysight » visant à développer une offre mondiale de services opérés par Capgemini en mode Cloud et basés sur les technologies de Microsoft,
  • Contrat d’infogérance de Sogeti France avec TOTAL pour sa branche exploitation et production, pour plusieurs dizaines de millions d’euros,
  • Contrat de services d’infrastructures avec le service public Néerlandais Kadaster, pour environ 100 millions d’euros.