Le Cloud dans tous ses états – EN BREF

|

 

La matinée « Le Cloud dans tous ses états » du 30 mai, organisée par Capgemini a accueilli plus de 150 directeurs(ices) et chefs de projets métiers et informatiques issus de nombreux secteurs. Des experts et clients de Capgemini ont présenté leur vision et expérience de la transformation digitale dédiée à l’amélioration de l’expérience client. IoT, Big Data, Intelligence Artificielle… Cet évènement avait pour objectif de répondre à la question : comment s’adapter, innover et faire bouger les schémas traditionnels en toute confiance grâce au Cloud ?

 

 

Cloud First : accompagner et réussir la transformation digitale des entreprises

Après une brève présentation de Capgemini, n°1 sur le marché des services de conseil et intégration du Cloud en France, Christophe Bonnard, Président du Country Board Capgemini France, a rappelé que le succès de toute transformation digitale dépend de sa préparation en amont, grâce à une stratégie de migration robuste et cohérente. Franck Greverie, Directeur Général Cloud & Cybersécurité du groupe Capgemini, a fait part de son constat : le Cloud est au cœur de tout projet de transformation digitale. Et pour acquérir l’agilité et l’innovation dont font preuve les start up aujourd’hui, il a décrit comment la solution Cloud choice, accompagne les entreprises dans leur transformation digitale avec succès. 

 

 

 

 

Le Cloud appliqué : Comment l’intelligence artificielle va changer notre quotidien ?

L’Intelligence Artificielle étant une des technologies majeures au service de l’expérience client, Jean Philippe Desbiolles, VP Cognitive Solutions France à IBM Watson, a présenté la manière dont elle allait transformer notre quotidien. Il a aussi incité l’audience à se l’approprier rapidement. Car si cette technologie disruptive qui permet aux machines de comprendre, de réagir et d’apprendre n’en est qu’à ses débuts, elle sera bientôt partout. C’est par exemple déjà le cas dans les domaines de la santé, de l’industrie, ou de la finance.

 

Comment proposer de nouveaux services à la vitesse d’une start up ? 

 

Trois entreprises ont décrit leur expérience pour y répondre :

Pour Laurent Dublanchet, CIO du groupe Air Liquide, améliorer l’expérience de ses clients est un objectif majeur. Il a développé, grâce au Cloud, une plateforme IoT afin de soutenir sa stratégie de collecte et d’analyse des données clients. En parallèle, Il a fait évoluer sa DSI pour la rapprocher des besoins métiers. Il a alors mis en place une politique de valorisation de sa marque employeur - grâce notamment au recrutement d’un Directeur des Ressources Humaines dédié à sa DSI - afin d’attirer des profils aux compétences variées.

Le groupe Crédit Agricole, grâce à Capgemini, est en train de créer sa propre start up d’affacturage et de crédit court terme aux entreprises. C’est Orli Hazan, Directrice des Opérations CALEF Crédit Agricole Leasing & Factoring, filiale du groupe Crédit Agricole, qui mène ce projet. Les ressources humaines sont ici aussi valorisées, avec la constitution d’équipes pluridisciplinaires, pilotées par un responsable applicatif.

Valeo et Capgemini ont créé Mov’InBlueTM, une solution de mobilité intelligente et digitale à destination des flottes d’entreprise et des professionnels de la location de véhicules. Son co-fondateur Jérôme Baumann s’est appuyé sur la solution Valeo InBlue, un émetteur-récepteur Bluetooth qui communique avec les smartphones. Et pour fournir et opérer une clé virtuelle sécurisée intégrée aux smartphones, il a mis en place une plateforme Cloud.  

 

 

 

 

Comment les conteneurs accélèrent l’adoption du Cloud en entreprise ? 

Patrick Chanezon, Chief Developer Advocate chez Docker a présenté les conteneurs : ce sont des services qui permettent de standardiser les composants de base d’une application, et de minimiser la complexité liée à la configuration et à l’administration. Grâce à leur flexibilité et leur portabilité ils permettent d’automatiser les infrastructures IT. Les conteneurs sont alors de formidables outils d’accélération de l’adoption du Cloud en entreprise.

 

 

Transformer en mutualisant ? Infrastructure ou application SaaS

Trois exemples ont été détaillés : Cloud industriels mutualisés, digitalisation des RH, engagement des collaborateurs 

 

 

Pour migrer vers le Cloud, le groupe Lagardère a fait le choix de s’appuyer sur un Cloud industriel mutualisé. Son CIO, Emmanuel Gaudin, a expliqué la raison de cette décision : le métier de sa DSI ayant évolué vers celui d’un fournisseur de services aux métiers, il a souhaité faire lui-même le choix de son architecture. Cela lui permet de l’industrialiser, et ainsi de transformer sa DSI en assembleur de solutions au service des métiers.

Airbus a lancé un programme de transformation de ses processus RH en s’appuyant sur une solution SaaS, et en l’implémentant grâce au Cloud. Cedric Jamme, RH Programme Manager à Airbus, a décidé de s’adapter aux processus de cette solution plutôt que de les transformer. Il a en effet préféré s’investir sur une réflexion autour des besoins en RH de l’entreprise plutôt que sur des développements informatiques. Cela lui a permis de lancer le programme « Pulse », une offre de service pour les employés, notamment en matière de formation interne.

MyCrowdCompany propose une solution en mode SaaS pour accompagner les entreprises qui souhaitent implémenter de nouvelles manières de travailler et de collaborer. Sa fondatrice Céline Degreef, précédemment Responsable de la gouvernance des SI au sein du groupe LVMH,  a expliqué que grâce au Cloud, elle avait pu développer un outil de transformation pour les DSI chez de nombreux clients.  

 

 

 

 

Le Cloud à l’épreuve des compétences

Selon Emmanuelle Olivié-Paul, directrice associée du cabinet Markess, 30% des ressources IT des entreprises sont dédiées à des sujets Cloud, mais 45% des décideurs IT jugent critiques et complexes l’évolution en compétences de leurs équipes techniques. Elle a alors alerté sur l’urgence pour les entreprises de se concentrer sur les sujets de formation, d’éducation et de recrutement.

 

 

 

Trois incontournables : vitesse, cadence et operating model

Jean-Marc Defaut, Executive VP Cloud COO Europe  Capgemini, a rappelé que les DSI sont aujourd’hui pressées de faire plus, mieux, plus vite, et avec moins de moyens. Pour parvenir à réconcilier ces objectifs, il préconise de repenser tout leur operating model, c’est-à-dire de passer d’une approche multi-modale à un mode multi-vitesse pour accompagner la gestion d’applications qui n’ont pas toutes le même rythme de développement.

 

 

Le Cloud public, la garantie de cohérence et de sécurité

Paul Hermelin, Président-directeur général du groupe Capgemini a conclu en affirmant que l’adoption du Cloud s’avère inéluctable. Car, d’une part, les entreprises ont un besoin croissant de transformer leurs dépenses d’investissements (CAPEX) en dépenses d’exploitation (OPEX), et d’autre part, leurs exigences en matière de sécurisation des SI s’intensifient. Dans ce contexte, les DSI vont devoir assurer la sécurité et la cohérence de leurs opérations. Afin de les accompagner, Capgemini doit repenser son rôle. Pour Paul Hermelin, l’adoption du Cloud public est la meilleure plateforme pour répondre à toutes ces problématiques. D’ailleurs, pour encourager le développement d’un Cloud public européen, il appelle de ses vœux à la mobilisation de tous les acteurs de l’écosystème numérique, et rappelle l’importance des investissements nécessaires à sa réalisation. Pour rattraper le rythme d’adoption du Cloud public qu’il a observé aux Etats Unis et au Royaume Uni, l’Europe doit désormais accélérer sa cadence. Et plus vite les entreprises migreront vers le Cloud et bénéficieront de ses avantages, plus vite l’informatique pourra redéfinir sa fonction.

 

Un document Points de vue sera publié prochainement et les vidéos de l’événement seront disponibles sur nos sites web fr.capgemini.com et fr.sogeti.com

En savoir plus sur nos activités.