Résultats annuels 2012

| Financial news
Solide performance de Capgemini en 2012
  • Chiffre d’affaires de 10,3 milliards d’euros, en croissance de 5,9%
  • Taux de marge opérationnelle de 7,7%, en progression de 0,3 point
  • Résultat net (part du Groupe) de 370 millions d’euros
  • Trésorerie nette de 872 millions d’euros

Paris, le 20 février 2013 – Réuni ce jour à Paris sous la présidence de Paul Hermelin, le Conseil d’Administration de Cap Gemini a examiné et arrêté les comptes* du groupe Capgemini pour l’exercice clos le 31 décembre 2012. Les chiffres clés sont les suivants :

(en millions d’euros)

Exercice

2011

1er semestre 2012

2ème semestre 2012

Exercice

2012

Chiffre d’affaires

9 693

5 150

5 114

10 264

Marge opérationnelle* (avant amortissement des actifs incorporels reconnus lors des acquisitions) en montant

738

347

477

824

en % du chiffre d’affaires

7,6%

6,7%

9,3%

8,0%

Marge opérationnelle

713

328

459

787

en % du chiffre d’affaires

7,4%

6,4%

9,0%

7,7%

Résultat d’exploitation**

595

237

364

601

Résultat net (part du Groupe)

404

143

227

370

en % du chiffre d’affaires

4,2%

2,8%

4,4%

3,6%

Trésorerie nette

454

27

872

872

« Free Cash flow » organique***

164

-309

805

496


En dépit d’un contexte de marché peu porteur, le Groupe passe en 2012 la barre des 10 milliards d’euros de chiffre d’affaires (10 264 millions d’euros). L’activité a progressé de 5,9% à taux de change et périmètre courants. A taux de change et périmètre constants, le chiffre d’affaires croît encore de 1,2%, l’écart entre les

deux taux s’expliquant principalement par l’appréciation du dollar et de la livre sterling contre l’euro ainsi que par l’intégration de la société Prosodie acquise en juillet 2011.

Les prises de commandes enregistrées sur l’ensemble de l’exercice s’élèvent à 10 084 millions d’euros, soit un niveau identique à celui de l’exercice précédent (10 122 millions d’euros). Le ratio prises de commandes sur chiffre d’affaires est de 1,07 sur l’année et de 1,16 sur le seul quatrième trimestre pour l’intégration de systèmes, les services informatiques de proximité (Sogeti) et le conseil dans leur ensemble, ce qui confirme le dynamisme de ces activités.

La marge opérationnelle ressort à 787 millions d’euros, soit 7,7% du chiffre d’affaires consolidé 2012, ce qui représente une progression de 0,3 point par rapport à 2011, en ligne avec les objectifs du Groupe. La rentabilité atteint même 9,0% au 2ème semestre 2012. Avant amortissement des actifs incorporels reconnus lors des acquisitions, la marge opérationnelle s’établit à 8,0% en 2012. Malgré une forte hausse des charges de restructuration (168 millions d’euros en 2012 contre 81 millions d’euros en 2011), le résultat d’exploitation est de 601 millions d’euros.

Le résultat net part du Groupe s’élève à 370 millions d’euros après une charge d’impôt en augmentation de 40% (140 millions d’euros contre 101 millions en 2011).

La trésorerie nette au 31 décembre 2012 est de 872 millions d’euros, soit 418 millions d’euros de plus qu’au 31 décembre 2011. Marqué par une très bonne performance au second semestre, le « free cash flow » organique s’élève à 496 millions d’euros contre 164 millions d’euros en 2011 (il tient compte des paiements anticipés de la part de certains grands clients anglo-saxons pour un montant d’environ 100 millions d’euros).

Le Conseil d’Administration a décidé ce même jour de proposer à la prochaine Assemblée Générale Ordinaire le versement d’un dividende d’un euro par action*****, identique à celui de l’an dernier. Cela représente une distribution égale à 44% du résultat net part du Groupe, supérieure à la norme (un tiers du RNPG) adoptée par le Groupe pendant de nombreuses années.

Par ailleurs, le Conseil d’Administration a décidé l’annulation de 1 937 647 actions acquises entre décembre 2012 et février 2013 représentant 1,2% du capital pour un montant total de 66 millions euros.

Perspectives 2013

Après prise en compte de la baisse du chiffre d’affaires réalisé dans le contrat Aspire (avec HMRC) et la réduction du volume des activités dilutives, le Groupe prévoit d’enregistrer en 2013 une croissance de son chiffre d’affaires à taux de change et périmètre constants comparable à celle de l’année 2012.

Par ailleurs, le Groupe anticipe de réaliser un taux de marge opérationnelle supérieur à 8,3% avant amortissement des actifs incorporels reconnus lors des acquisitions (soit plus de 8,0% tel que reporté jusqu’ici).

Le « free cash flow » organique cumulé sur la période 2012-2013 devrait être compris entre 750 et 800 millions d’euros.

Pour Paul Hermelin, président-directeur général du groupe Capgemini : « En dépit du ralentissement constaté en 2012 dans la zone euro, le Groupe réalise une solide performance - fidèle à ses engagements - et prouve à nouveau sa capacité à résister aux fluctuations économiques. Nous avons renforcé notre dimension internationale – et notre succès en Amérique du Nord, premier marché des services informatiques au monde, l’atteste –, accru nos ressources offshore et enrichi notre portefeuille de services. En 2013, nous entendons plus que jamais nous positionner comme un leader global face aux plus grands acteurs du marché, à même de répondre aux besoins des clients en termes de compétitivité et d’innovation. »

o 0 o

Annexe au communiqué publié le 20 février 2013

L’activité par grandes régions :

  • La France – qui reste la première région du Groupe en matière de chiffre d’affaires – voit celui-ci croître de 2,0% à périmètre courant (c’est-à-dire en tenant compte de l’acquisition de la société Prosodie). A taux de change et périmètre constants, le chiffre d’affaires recule de 2,1% mais les activités intégration de systèmes et infogérance sont stables. Le taux de marge opérationnelle de la région est de 7,8%, en ligne avec la moyenne du Groupe ;
  • la région Amérique du Nord affiche une progression remarquable de 16,4% de son chiffre d’affaires. La croissance organique (+7,0%) est tirée par les activités intégration de systèmes, Sogeti et conseil. Avec un taux de marge opérationnelle de 8,8%, elle reste, comme en 2011, une des régions les plus rentables du Groupe ;
  • la région Royaume-Uni/Irlande croît de 8,1%. Son chiffre d’affaires augmente légèrement à taux de change et périmètre constants (+0,9%), le dynamisme de l’activité intégration de systèmes faisant plus que compenser la baisse de l’infogérance liée à la contraction anticipée des dépenses du secteur public. A 7,7%, sa marge opérationnelle progresse de 0,6 point par rapport à celle de 2011 ;
  • le Benelux enregistre une décroissance de 11,7% de son activité sur l’année mais une stabilisation séquentielle au dernier trimestre. Sa marge opérationnelle est de 7,2% (soit un recul limité à 0,2 point par rapport à 2011) grâce aux mesures prises en septembre dernier qui ont déjà permis à la région de renouer avec une marge de 10% au second semestre 2012 (soit un niveau identique à celui du 2ème semestre 2009) ;
  • le chiffre d’affaires des autres régions augmente de 8,8% en moyenne (+6,3% à taux de change et périmètre constants), les pays nordiques et l’Asie Pacifique affichant les plus fortes croissances. La marge opérationnelle de ces autres régions est en moyenne de 9,3%, en progression de 1,4 point par rapport à 2011.

L’activité par métiers :

  • L’intégration de systèmes – premier métier du Groupe en termes de chiffres d’affaires (plus de 40%) - enregistre une croissance de 3,5% (à taux de change et périmètre constants), une amélioration continue du taux d’utilisation de ses ressources et une légère progression des prix permettant d’améliorer son taux de marge opérationnelle de plus d’un point, à 7,9% ;
  • l’infogérance – qui représente 40% du chiffre d’affaires du Groupe - réalise un chiffre d’affaires en progression de 0,5% (toujours à taux de change et périmètre constants), et un taux de marge opérationnelle de 7,6% quasi stable par rapport à 2011 ;
  • Sogeti (15% du chiffre d’affaires du Groupe) affiche un chiffre d’affaires en recul de 1,3% (à taux de change et périmètre constants) et un taux de marge opérationnelle en léger repli (10,4% contre 10,9% en 2011) ;
  • le conseil (5% du chiffre d’affaires du Groupe) voit son chiffre d’affaires baisser de 3,6% à taux de change et périmètre constants. En dépit d’un léger recul de son taux de marge opérationnelle en 2012, le conseil reste l’activité la plus rentable du Groupe (11,2%).

Evolution des effectifs :

Au 31 décembre, l’effectif du Groupe s’établit à 125 110 personnes, contre 119 707 à la fin de l’exercice précédent. Dans ce total, l’effectif « offshore » a passé le cap des 50 000 personnes (50 425 collaborateurs dont 41 019 en Inde), soit 40% de l’effectif total contre 37% l’an dernier.

Le Groupe a effectué plus de 31 000 recrutements en 2012.

La rémunération de M. Paul Hermelin, Président Directeur Général :

Le Conseil d’Administration a statué après avoir entendu les recommandations émises par le Comité Nominations et Rémunérations :

Le Comité a rappelé que la rémunération de M. Hermelin se compose – comme pour tous les managers du Groupe – d’une partie fixe égale à 60% du montant théorique total et d’une partie variable (40% du montant théorique total) composée :

  • pour moitié (V1) du rapport constaté entre les résultats consolidés et audités du Groupe et les mêmes résultats tels qu’ils avaient été prévus au budget soit 107, 16 %
  • et pour l’autre moitié (V2) du pourcentage de réalisation d’objectifs personnels à caractère stratégique ou opérationnels qui lui avaient été fixés en début d’année. Le Conseil a validé les appréciations faites par le Comité du degré de réalisation de chacun de ces objectifs, le total des notes ainsi attribuées étant de 104/100.

La rémunération réelle de M. Hermelin au titre de l’exercice 2012 se décompose donc de la façon suivante:

  • un fixe de 1 320 000 euros payé en douze mensualités
  • une première partie de 471 500 euros soit 107,16 % d’un montant théorique de 440 000 euros
  • une seconde partie de 457 600 euros soit 104 % d’un montant théorique de 440 000 euros

soit un total de 2 249 100 euros, en augmentation de 2,98% par rapport à la rémunération réelle au titre de 2011.

Le Comité a proposé au Conseil, qui l’a accepté, de prendre en compte le nouveau rôle de
M. Hermelin en tant que Président du Conseil d’Administration qu’il assume depuis le 24 mai 2012 parallèlement à ses fonctions de Directeur Général de la société. Constatant en outre que cette rémunération fixe n’a pas évolué depuis cinq ans , il a été décidé de porter à 2 420 000 euros sa rémunération théorique pour l’exercice 2013, qui se répartit toujours en une composante fixe de 1 452 000 euros et une composante variable théorique de 968 000 euros.

Le Conseil d’Administration a également pris acte de la décision prise par M. Hermelin de renoncer pour 2012, comme il l’avait fait pour les trois années précédentes, à percevoir les jetons de présence qui auraient dû lui être versés au titre de l’exercice 2012 en sa qualité d’administrateur de Cap Gemini

Attribution d’actions de performance :

Le Conseil d’Administration, après avoir entendu les recommandations émises par le Comité Nominations et Rémunérations, a décidé de procéder à l’attribution de 1 209 100 actions de performance soit 0,75% du capital à 368 attributaires. Sur ce total 50 000 actions ont été allouées à M. Paul Hermelin soit 4,1%. Il est rappelé que ces attributions sont soumises à deux conditions de performance adoptées par l’Assemblée Générale du 24 mai 2012 : une condition de performance interne liée à la génération de free cash flow cumulé sur trois ans et une externe liée à la performance de l’action Cap Gemini par rapport à un panier d’actions de sociétés de son secteur.

M. Hermelin sera tenu de conserver les actions définitivement acquises jusqu’à la cessation de son mandat social.

Pour plus d’information : capgemini.com