Selon le World Payments Report 2014, le volume des paiements non-cash devrait augmenter de près de 10% en 2013

| Press release
L'évolution rapide du marché et les contraintes réglementaires accélèrent la transformation du traitement des paiements
Boston, Paris, Londres - 30 septembre 2014 - Selon la 10e édition annuelle du World Payments Report (WPR) publiée par Capgemini et Royal Bank of Scotland (RBS), le volume global des paiements non-cash devrait augmenter de 9,4% pour atteindre 366 milliards de transactions en 20131, grâce à la forte croissance des pays émergents et à l'utilisation des cartes de crédit (en hausse de 9,9%) et de débit (en hausse de 13,4%2). Face à l'augmentation soutenue du volume des paiements électroniques et mobiles, ainsi qu’aux pressions réglementaires constantes, les acteurs du secteur des paiements cherchent des solutions innovantes pour répondre à la demande des clients.
Les pays émergents restent le principal moteur de la croissance

Plus de la moitié de la croissance du volume global des paiements non-cash provient des pays émergents, bien qu'ils ne représentent qu'un quart (25,5%) du marché avec 93 milliards de transactions en 2012. La Chine reste un marché relativement peu développé pour les transactions non-cash. Toutefois, au regard de sa population et de son taux de croissance, elle pourrait dépasser les États-Unis et la zone Euro au cours des cinq prochaines années. Actuellement, une personne sur cinq qui utilise des services bancaires mobiles dans le monde vit en Chine.3
 
La Chine est suivie de près par la région Europe centrale, Moyen-Orient et Afrique (23,8% de croissance), par les nouveaux marchés d'Asie (22,8%) et par l'Amérique latine (11%).
 
Malgré cette forte croissance dans les pays émergents, les États-Unis et la zone Euro comptent toujours le plus grand nombre de transactions non-cash par habitant. Avec 448 transactions par personne et par an, la Finlande reste largement en tête du classement. Elle affiche une croissance de 10,6% et dépasse les autres pays d'Europe et l'Amérique du Nord. Les États-Unis se placent en deuxième position avec 376 transactions non-cash par habitant et par an, mais le nombre de ces transactions n'a augmenté que de 2,6%.
 
Selon William Higgins, en charge de l'entité Payments pour RBS : « En 2012, les pays émergents ont continué à progresser, affichant un taux de croissance impressionnant de 18,3%, contre 4,5% pour les marchés les plus matures. Ces importants niveaux de croissance, confirmés par des prévisions en hausse pour la prochaine édition du World Payments Report, représentent une belle opportunité pour le marché. Ainsi, la Chine est un pays à suivre durant les années à venir. Selon notre rapport, si les taux de croissance continuent à leur niveau actuel, la Chine pourrait devenir le premier pays en nombre de transactions non-cash en seulement cinq ans. Face à cette montée en flèche des taux de croissance dans des pays clés, les acteurs du marché mondial des paiements cherchent des solutions innovantes pour répondre à l'augmentation rapide de la demande des clients. »
 
Les paiements électroniques et mobiles convergent et font évoluer le marché des paiements
L'utilisation croissante des tablettes et des smartphones crée une convergence des paiements électroniques et mobiles, posant ainsi de nouveaux défis aux prestataires de services de paiement. En 2015, le volume global des paiements mobiles devrait croître de 60,8% tandis que la croissance des paiements électroniques devrait ralentir pour s'établir à 15,9% par an l’an prochain, les appareils mobiles étant de plus en plus utilisés pour effectuer des paiements. Les prestataires de services de paiement sont ainsi incités à moderniser leurs infrastructures de traitement pour proposer un large éventail de solutions innovantes centrées sur le client.
 
Pour Jean Lassignardie, en charge des ventes et du marketing de l'activité mondiale Services Financiers chez Capgemini : « Selon le World Payments Report 2014, la transformation des processus de traitement des paiements est une priorité à court terme pour la majorité des prestataires de services. La concurrence et les nouvelles réglementations les obligent à proposer des innovations telles que Square, iZettle et Swift pour apporter de la valeur ajoutée au client. Pour ce faire, les prestataires doivent avoir une vision à long terme du traitement des paiements et faire preuve de flexibilité lors de sa mise en œuvre.  »
 
Selon le rapport, les prestataires ont aussi pour priorités en matière de transformation, à moyen et à long terme, de déployer une plate-forme de paiement intégrée (avec une base commune pour les paiements des particuliers et des entreprises), à appliquer le concept des plates-formes de paiement à tous les types de paiements, et à considérer la convergence des paiements comme essentielle pour proposer des innovations axées sur le client.

Les acteurs du secteur peinent à répondre à la demande des clients
Les prestataires de services de paiement doivent faire preuve de flexibilité pour s'adapter à la croissance du marché des paiements et à l'évolution rapide des réglementations3. Plus de la moitié des nouvelles réglementations et des initiatives du secteur poussent les acteurs à innover, notamment en matière de réduction des risques, de transparence et de standardisation. Impulsées au niveau mondial, elles se répercutent au niveau local. Le développement des paiements en temps réel, la pression sur les commissions d'interchange et l'amélioration des mécanismes de gouvernance des paiements en sont des exemples.
 
En outre, un grand nombre de ces nouvelles réglementations et initiatives du secteur amplifie et renforce la portée de celles déjà existantes, ce au bénéfice du marché des paiements. Il est donc essentiel pour les prestataires de services de paiement présents dans plusieurs pays de comprendre ces tendances.
 
Le rapport est disponible sur www.worldpaymentsreport.com.
 
A propos de Capgemini
Fort de près de 140 000 collaborateurs et présent dans plus de 40 pays, Capgemini est l’un des leaders mondiaux du conseil, des services informatiques et de l’infogérance. Le Groupe a réalisé en 2013 un chiffre d’affaires de 10,1 milliards d’euros. Avec ses clients, Capgemini conçoit et met en œuvre les solutions business et technologiques qui correspondent à leurs besoins et leur apporte les résultats auxquels ils aspirent. Profondément multiculturel, Capgemini revendique un style de travail qui lui est propre, la « Collaborative Business Experience ™», et s’appuie sur un mode de production mondialisé, le « Rightshore ®».
 
Plus d’informations sur : www.capgemini.com
Grâce à une expertise sectorielle pointue, des offres de services innovantes et un système de production mondialisé de nouvelle génération, l’entité Services Financiers de Capgemini répond aux besoins de plus en plus sophistiqués du secteur des services financiers. Fort d’un réseau de 21 000 experts au service de plus de 900 clients dans le monde, Capgemini accompagne les  leaders de la banque, de l’assurance et des marchés financiers afin de leur permettre d’obtenir des résultats tangibles et durables.
Plus d’informations sur : www.capgemini.com/financialservices

Rightshore® est une marque du groupe Capgemini
 
Royal Bank of Scotland (RBS)
RBS est un établissement financier basé au Royaume Uni dont le siège social se situe à Edimbourg. RBS compte plus de 24 millions de clients à travers le monde et opère au Royaume Uni, en Europe, au Proche Orient, aux Etats Unis et en Asie. RBS offre à ses clients (institutions financières, entreprises privées) une gamme complète de produits et services à travers ses 2 principales filiales The Royal Bank of Scotland et Natwest, mais également via d'autres marques connues incluant Citizens, Ulster Bank et Coutts.
Site Web : www.rbs.com