Capgemini aide la RATP à automatiser la première ligne du métro parisien

| Success story

Le contexte

Cinquième plus grand opérateur de transport public au monde, la RATP assure la gestion d'infrastructures de transport de masse, telles que les réseaux de métros, de trains, de tramways et de bus. Chaque jour, le groupe achemine plus de 12 millions de passagers en France et dans le monde. Dans la seule région Île-de-France, la RATP prend en charge l'exploitation, la maintenance, la modernisation et le développement de l'un des systèmes de transport multimodal le plus dense au monde.

Lors de la mise en service de la toute première ligne de métro entièrement automatisée (ligne 14), la société a donné le coup d'envoi de son programme de modernisation du réseau métropolitain parisien. Dans le cadre de ce programme, le projet d'automatisation de la ligne 1 a été mis sur les rails en novembre 2011. Empruntée quotidiennement par 725 000 voyageurs, cette ligne de métro est à la fois la plus ancienne et la plus fréquentée du réseau parisien. La RATP a reconnu qu'il était indispensable de procéder à sa modernisation pour garantir un fonctionnement plus fluide et en toute sécurité de la ligne.

Confronté à l'augmentation constante du trafic et à l'évolution de la demande des passagers en faveur d'une meilleure communication des informations, le groupe recherchait des solutions innovantes en mesure d'optimiser son réseau arrivé à saturation et d'améliorer la qualité des informations fournies aux passagers ; son objectif premier étant de satisfaire les attentes de ses clients en matière de sécurité, de confort, de ponctualité, de flexibilité et d'information.

La solution

La RATP a lancé un appel d'offres en vue de recruter des prestataires spécialisés disposant d'un savoir-faire reconnu dans leur domaine d'activité. Partenaire stratégique de la RATP depuis près de 10 ans, Capgemini a été sélectionné pour piloter les systèmes d'information et la mise en place des équipements audiovisuels de la ligne 1. Capgemini a mis en œuvre une solution (SCADA 2.0) couvrant précisément l'ensemble des besoins de la RATP en matière de système de contrôle des informations.

Plusieurs types d'équipements audiovisuels ont été installés à différentes fins : gestion des systèmes d'alarme, protection vidéo et audiovisuelle des espaces voyageurs à bord des rames automatiques, surveillance visuelle des portes palières sur les quais, interphonie avec les voyageurs dans les rames automatiques, sonorisation des rames automatiques et des quais, ainsi que communications mixtes téléphone-radio avec le personnel de la RATP.

Les résultats

L'automatisation de la ligne 1 du métro parisien est un franc succès. Depuis son inauguration en novembre 2011, les rames automatiques circulent régulièrement sans interruption majeure. L'automatisation permet une mise en circulation quasi-instantanée du nombre de rames nécessaires en cas d'affluence soudaine. La présence de portes palières empêche toute intrusion sur les voies et permet de réguler le trafic en toute sécurité. Des interphones permettent aux passagers de contacter à tout moment de leur trajet un superviseur installé au poste de commande centralisé. L'exploitation sans interruption d'une ligne de métro traditionnelle est une première mondiale, tant d'un point de vue technologique qu'organisationnel. Cette évolution technologique était devenue indispensable pour permettre à la RATP d'anticiper et de faire face à un trafic de passagers en progression constante.

Pour les voyageurs franciliens ou de passage à Paris, les chiffres sont éloquents : les rames automatiques offrent une capacité supérieure de 49 places par rapport aux rames traditionnelles. Par ailleurs, l'intervalle entre deux passages a été réduit de 105 secondes à 85 secondes. Enfin, le nombre de retards et d'accidents diminue, notamment grâce à l'installation de portes palières sur les quais et à l'optimisation de la régularité des rames.
Les rames automatiques cohabiteront avec des rames à conduite manuelle jusqu'en décembre 2012, date à laquelle la ligne basculera dans un fonctionnement entièrement automatique. Environ 50 % des « retards voyageurs » enregistrés aujourd'hui sur la ligne 1 pourront ainsi éventuellement être évités.